retour du bicentenaire de Compiègne.

salut et fraternité du jour.

le week end dernier notre département fut en ligne pour participer aux festivités de Compiègne, bivouac de 250 reconsituteurs, célébrant le mariage de l’Empereur napoléon 1er avec Marie-Louise, en seconde noce.

Malgré des difficultés dans l’organisation avec la présence très tardive de nos frères belges, et la présence en retard du bois, je tiens à saluer l’effort des jeunes organisateurs qui malgré de nombreux impératifs soumis par le château, par la ville et par certains reconstitueurs, nous ont préparés un bel événement. Je salue leurs efforts, car sans eux il n’y aurait rien eu à Compiègne. Cela était un bivouac pot de fleurisme par exellence, mais cela était historique, nous avons eu la joie de bivouac dans un lieu hautement symbolique et qui a peu perdu de son charme impériale ….. et que dire de l’arrivée du carrose de l’Empereur et de l’Impératrice dans la court d’honneur du château, très belle cérémonie. Pour nous vieux grenadiers peu d’amusement, que de l’école et de l’instruction, mais le lieu était plus tourné vers le festif, donc nous avons fêtés dignement l’arrivée de cette autrichienne dans la maison impériale, par de nombreuse bières et de chants.

pour ce bivouac nous avons travaillés avec nos cousins belges, diable quelle ambiance et entente entre les deux colonnes, peu être cela était due au fait que cela faisait longtemps que nous n’avions été en ligne ensemble, mais la joie fut commune à tous les niveaux de la troupe. Nous ne faisons vraiment q’un avec eux,

pour notre département que du positif,

malgré la blessure du sobre et un séjour aux urgences pour se faire recoudre le doigt, c’est une règle d’or; "on n’accepte rien de la poisse, surtout une hache", je suis vraiment navré pour lui car, certes la blessure n’était pas grave mais il fallait recoudre et par malheur cela lui a fait raté toutes les festivités du samedi après midi.

de plus dans nos rangs nous avons compté la présence d’un nouveau-vieux, vieille bouteille de la reconstit et du 96ème de ligne, le grenadier Long feu, après un contact à Montereau le rendez vous était pris pour une affaire, ce fut Compiègne, à lui de nous dire son ressentit, mais je pense sincérement qu’il fut à son aise dans notre compagnie ….. je lui ai proposé cette année et différentes affaires pour incorporer notre asso.

bien à vous, il me tarde déjà de vous revoir.

votre dévoué, caporal la rose.

Cet article a été publié dans Département 8ème Régiment d'Infanterie de Ligne 1805 1810. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s